look hippie femme

Style Hippie : retour dans le passé !

Qui ne connaît pas le style Hippie ? Personne. Et pour cause, bien plus qu’une mode vestimentaire, c’est aussi et surtout toute une culture qui y est associée. C’est ça qui marque vraiment. Par contre, du coup, il est très difficile de porter ce style si on n’y associe pas non plus un certain mode de vie. Ca va un peut de pair. Il n’en reste pas moins que né dans les années soixante, cette fashion attire encore et toujours des gens ; et pas sans raison

Qu’est-ce que le style hippie ?

On a tous déjà vu des photos de Woodstock, des reportages et des portraits de cette époque. Cette mode est portée par les jeunes des années soixante. En fait, ceux nés après la deuxième Guerre mondiale et qui n’ont donc aucune idée de ce que c’était, contrairement à leurs parents. Ces derniers ont vécu des choses dures et sont ancrés dans un moule. Un moule que les jeunes veulent briser.

Ils voient une autorité parentale et de l’Etat, un recours à la violence face aux problèmes et aussi un conformisme à une image qu’ils trouvent désuètes. Eux, ils veulent la liberté de faire ce qu’ils veulent et de pouvoir grandir comme ils veulent sans devoir aller faire la guerre. Car oui, à l’époque, on est encore empêtrés dans les guerres. En Europe, c’est la décolonisation et aux États-Unis, c’est les guerres du Vietnam et de Corée. Des guerres qui sont « gagnées » d’après les dirigeants américains, mais que tous les jeunes considèrent comme perdues. Surtout que pas mal de leurs camarades y ont laissé la vie et qu’eux n’ont pas spécialement envie de partir au front.

Cette contestation, c’est ce qui nourrit vraiment le mouvement hippie avec son slogan qui résonne encore : Peace & Love. Faites l’amour, pas la guerre, comme on dit chez nous.

Du coup, tout le style vestimentaire est incarné par cette philosophie, des pieds à la tête. Ce qu’on déteste par-dessus tout, c’est le style de papa : un costume, une chemise, des chaussures cirées, une cravate et un couvre-chef. C’est pourquoi, la moindre pièce estampillée hippie s’évertue à détruire ces symboles d’autorité.

Et cela ne touche pas que les vêtements, mais aussi tout le reste. La musique, le cinéma ont des icônes hippies. Une vraie subculture se met en place.

Le style hippie se traduit par des vêtements amples, des couleurs, des signes de paix, etc.

Les icônes hippies

Au cinéma

Si on veut suivre la mode hippie, il faut forcément se mettre à écouter un peu de la musique hippie. Côté cinéma, c’est passé de mode, même si certaines stars perpétuent encore cette philosophie. Il n’y a pas si longtemps passait à la télé « Mamma mia. » Même si le film n’explore pas cette philosophie et que le but est clairement le divertissement sur bande-son d’Abba, il faut bien avouer que les protagonistes sont vraiment pensés hippie. Rien qu’à voir la mère incarnée par Meryl Streep et on a compris…

Dans la musique

Côté musique, il y a de l’indémodable, parfois devenu du légendaire. Les grandes stars de l’époque :

  • Jimi Hendrix. Mort a 27 ans, il est devenu légendaire et est entré dans le club des 27. Ce n’est pas sans rappeler une autre star plus récente, Amy Winehouse…
  • Bob Dylan. Bon je l’accorde, Bob a connu deux phases, l’acoustique et l’électrique. On est fan de l’un ou de l’autre. Ou carrément des deux. Mais il n’en reste pas moins un des grands qui marqué l’époque hippie…
  • The Grateful Dead. Un peu perdu dans la masse des grands noms, c’est pourtant un des groupes-phares de l’époque et surtout, il incarne le plus pur style hippie. Ils sont même passés de la musique à la culture en introduisant des danses et des blagues sur les hippies.
  • Janice Joplin. Autre grand nom de la musique hippie, Janice Joplin, c’est un peu l’archétype de la girl hippie. Et bien sûr, si on veut avoir un look hippie, il faut s’inspirer de ce qu’elle faisait à l’époque. Des perles dans les cheveux, des cheveux pas attachés, une attitude sauvage. En mode wild… Et puis, elle a aussi une superbe voix.

Il y a pas mal d’autres répertoires à explorer. Difficile de les citer tous. Dans ceux qui perdurent encore sur certaines radios, il y a les Stones (of course), The Doors, The Who, Frank zappa, Stills et Nash avec Neil Young. Bref, que du beau monde

Plus qu’une mode ou un style, c’est toute une philosophie de vie

Que reste-t-il du look hippie aujourd’hui ?

Bon, il n’y a pas photo. Les hippies, c’était dans les années 60. C’était il y a 60 ans. Forcément, ça a un peu évolué depuis…

Mais en réalité, si le monde de la fashion évolue, le look hippie reste bien ancré. Vêtements, accessoires, look, on garde les mêmes bases.

Comme évolution, on peut parler du look bohème, apparu dans les années 1990. Il est directement inspiré des vêtements hippies, mais remis au goût du jour (à l’époque). Pas mal de stars ont d’ailleurs accroché comme Vanessa Paradis, les sœurs Olsen, et bien d’autres. Cette déclinaison perdure encore aujourd’hui avec une variante bohème chic qui s’adapte à la vie active et pas uniquement aux sorties.

On peut donc dire que le style hippie existe toujours sous deux formes différentes, l’originale et la nouvelle forme.

Les codes des vêtements hippies

Le style hippie répond à plusieurs critères. Des codes généralistes, car comme je l’ai dit, les hippies aiment tout sauf le conformisme. Il n’y a donc pas à se conformer à un style de pantalon ou d’accessoires.

  • Les couleurs et les motifs utilisés. Le motif le plus utilisé par les hippies est le motif fleuri. De grosses fleurs bien voyantes et qui marquent tout le tissu, de la tête au pied. C’est un des incontournables, qui marche aussi bien sur une chemise que sur une robe. On s’inspire des vêtements mexicains, sud-américains, créoles, etc. A cela s’ajoute le fait que la mode hippie utilise des couleurs flash. Exit donc la chemise en noir et blanc. On veut du rose, du vert, du jaune, etc.
  • Des vêtements amples sont aussi un des codes de cette fashion. Cela reflète très bien l’esprit de liberté des hippies. Les vêtements ne doivent pas être une prison pour le corps, ni les chaussures d’ailleurs. Ce dernier doit pouvoir respirer, se mouvoir librement sans entrave. Rien de serrant ou de moulant. La preuve par les pattes d’éléphant, par exemple. Cela s’applique aussi aux robes, aux chemisiers, aux chemises, etc.
  • Les tissus utilisés. Les hippies se veulent près de la nature. Donc, il faut que les vêtements portés soient naturels. De la soie, du coton, du cuir, du chanvre (oui c’est très naturel) sont autant de matières qu’on doit choisir pour adopter de look vestimentaire.
  • Les accessoires. Comme je le disais, le style hippie, c’est avant tout une façon de vivre. Il faut donc l’adopter dans sa globalité, avec la musique et tout le reste. Les accessoires vestimentaires sont donc quasi une obligation. Je ne parle pas spécialement de lunettes cerclées de rose, c’est un peu cliché. Mais on peut imaginer un foulard dans les cheveux, des bijoux ou breloques en matières naturelles (tissus, pierres, cuir, etc.). Et bien sûr, toujours colorés.
La chemise à gros motifs est le symbole du look hippie

Quelles pièces choisir pour s’habiller façon hippie ?

La garde-robe du hippie est très large. Contrairement à d’autres styles, l’hippisme ne répond pas vraiment à des règles strictes. Et cette largesse, on peut en profiter pour s’habiller comme on veut. Aussi bien avec une robe qu’avec un pantalon.

La garde-robe doit se composer de quelques pièces-phares. La robe ample à fleurs en est un exemple. Large et aérienne, dans un tissu léger, et avec quelques franges ou de la dentelle, elle habille tout en permettant de rester cool. Et on ne cherche clairement pas à la jouer habillée ou casual chic.

Juste à côté, le pantalon large en lin ou le jeans pattes d’éléphant font très bonne figure. Ce sont aussi deux musts. Pour le haut du corps, un chemisier fleuri ample ou une tunique avec de la dentelle ou des franges font très bien l’affaire. Et si on ne les trouve pas en magasin, le passage dans une friperie ou une boutique de seconde main sont de bons plans. On y trouve souvent des pièces originales (dans le temps) et originales (peu communes).

Aux pieds, on porte des sandales, des spartiates ou encore des sabots à la place de chaussures. En cuir, pour le côté naturel, de préférence.

Les cheveux, c’est peut-être ce qu’il y a de plus compliqué. Car entre le négligé et le volontairement négligé, il y a une mince frontière. En tant que hippie, on préfère laisser les cheveux lâchés ou simplement attaché avec un foulard ou un bandeau. Autre possibilité, la queue de cheval basse.

Enfin, pour donner de la consistance à son look, on se munit de quelques accessoires comme des bracelets en cuir ou avec des pierres, des lunettes larges, des colliers, des perles dans les cheveux.