style Gucci mode

Aujourd’hui, je vous présente qui était Guccio Gucci

Je parle de présenter Guccio Gucci, mais oserais-je croire que quelqu’un ne connait pas Gucci ? Parce que oui Guccio Gucci, c’est le fondateur de la marque italienne de luxe à succès qui a marqué tout le 20ème siècle et qui continue encore d’émerveiller petits et grands lors des fashion weeks. Bien sûr, au-delà du personnage et de son histoire, je veux en profiter pour parler de la marque, de son influence, mais aussi de ses petites histoires. Car qui dit famille italienne dit aussi sang chaud, querelles de fratrie et même guerre d’ego !

Guccio Gucci, son histoire avant celle de la marque

Commençons au tout début. Guccio Gucci est né en 1881 à Florence. Ville d’artiste qui me fait toujours rêver soit dit au passage. S’il finira dans la mode, c’est en partie parce que son père est un artiste-maroquinier. On sent déjà que le petit a été élevé avec un esprit artistique et au contact des matières. Il va déménager à Paris puis à Londres. C’est là qu’il va commencer à travailler dans un palace huppé de la capitale britannique. Il dira lui-même que le luxe et le raffinement l’ont marqué.

En 1920, il retourne en Toscane. Il y ouvre une petite boutique de maroquinerie. Dans la droite lignée familiale… Il y vend de la maroquinerie et de la bagagerie. Ses créations mêlent plusieurs influences :

Clairement l’influence de son paternel et du fashion italien. Je rappelle quand même que Florence est mondialement reconnue pour ça.

L’influence du style équestre. Guccio Gucci a toujours utilisé l’étrier et le mors dans ses créations.

Le luxe et le raffinement qu’il a pu voir alors qu’il était employé à Londres et qu’il veut reproduire sur ses vêtements.

Ça fait mouche, parce que très vite la clientèle internationale aime ce jeune styliste italien et le look de son enseigne.

Mais la Guerre vient marquer un coup d’arrêt et surtout au lendemain de celle-ci, les matériaux manquent. Il faut innover pour survivre !

C’est à ce moment-là que le Bamboo Bag apparaît avec une collection de vêtement. Il fait un carton avec sa anse en bambou poli. Tout le monde se l’arrache et la maison Gucci devient une véritable marque.

La maroquinerie est l’art premier de Guccio Gucci

La marque Gucci et ses vêtements au temps de Guccio

Fier de son succès, il ne s’arrête pas là. Maintenant qu’il est reconnu, il doit pouvoir concrétiser et perdurer dans le temps. La marque se saisit d’un logo. Les fameuses bandes tricolores qu’on voit encore aujourd’hui. En fait, le double G n’apparaît que bien plus tard sous l’impulsion des fils de Guccio.

A ce coup de génie, vient un autre. Celui du foulard Flora qui sera un must au début des années 50. Ce foulard, il le crée spécialement pour Grace Kelly. On va dire que c’est une égérie avant l’heure. Mais Grace Kelly, c’est une star hollywoodienne ultra populaire et qui va finir par se marier sur le Rocher avec le prince Renier de Monaco. On la voit partout et ça en fait la parfaite égérie. Elle va réellement propulser le look de la marque vers un autre niveau.

Et c’est là que se termine l’histoire de Guccio, en 1953 à Milan, alors que sa marque est au sommet. Gucci comme on la connait aujourd’hui, c’est surtout grâce à ses enfants. Car eux n’ont pas la fibre artistique de leur père, mais savent comment développer une marque pour la porter au sommet !

L’horizon créatif de Guccio est quand même limité. Il ne fait que dans la maroquinerie, comme Louis Vuitton. A l’époque où il est vraiment actif, le style dominant principal est le style classique, avec une volonté de revenir aux sources antiques. Ça se voit très fort dans le style de la marque qui, à ses débuts, se veut intemporelle, éternelle, classique, raffinée.

Un style qui ne sera pas abandonné, malgré les différents directeurs artistiques comme Tom Ford. Ce n’est vraiment qu’en 2015 que Gucci casse vraiment ses codes en versant dans l’androgynie, les lignes subversives et la fashion plutôt décalée d’Alessandro Michele.

Gucci et la mode

La mode fait partie de la vie de Gucci depuis sa naissance. Il a toujours évolué dans ce milieu. Ses principales qualités sont celles de l’artisan qui sait travailler les matières et leur donner forme. Ce qu’il a appris notamment avec son père, lui-même maroquinier. Mais aussi celle de l’observateur qui sait détecter le besoin des gens et y répondre.

Lors de son passage à Londres, il voit la bagagerie de luxe des plus fortunés, leur style et leurs envies. A son retour en Toscane, c’est un style qu’il veut imiter et un besoin auquel il veut répondre. C’est d’ailleurs de la que tout part et ce qui fait sa renommée au début.

J’ai souvent pu lire que ce qui avait fait de Gucci ce que la marque est devenu aujourd’hui, c’est d’avoir pu se séparer du cuir pour travailler d’autres matériaux. Peut-être… Je ne suis pas une experte, mais je ne crois pas que ce soit un choix de cœur. A la fin de la guerre, il y a pénurie. Le cuir est inabordable. S’il est disponible ! Du coup, utiliser du lin, du bambou fait tout son sens. De loin, le bambou poli donne un aspect cuir et le lin est loin d’être une matière vile. Bon moins noble que le cuir, je l’accorde 😉

Suite à la mort du patriarche, la mode et le look sont dictés par des designers. Désolé, mais Tom Ford est l’un des meilleurs au monde et Gucci se l’est accaparé des années durant avant de l’envoyer chez YSL. YSL qu’ils ont d’ailleurs racheté au passage. Et encore désolé, mais là la mode n’a plus rien à voir avec le cœur, c’est un business à plusieurs milliards qu’il faut alimenter. Bien loin de ce que Guccio Gucci faisait. Ça, le look et les égéries ont créé un véritable engouement pour la marque…

Gucci a marqué les décennies avec un style intemporel.

La dynastie Gucci

Et quand je dis dynastie, je pense aussi à Dynasty, la célèbre série américaine. J’aurais pu dire Dallas, mais ça m’enlevait un jeu de mots hé hé… En Italie, il y a un dicton qui dit que la première génération crée, la seconde développe et la troisième dilapide tout. On ne va pas se mentir, c’est le cas pour les Gucci et je l’ai déjà un peu spoilé dans mon intro !

Oui, dans la famille Gucci, il n’y a pas que des gentils. A la mort du patriarche, ce sont ses quatre fils qui reprennent le flambeau. Ils sont assez soudés et la fratrie ne va pas se déchirer. En fait, plutôt que de se battre sur qui reprendra les rennes, ils se partagent le pouvoir. Et je trouve ça bien joué. Chacun a sa part du gâteau et chacun peut avoir sa gloire dans son secteur.

Du coup, quand l’un s’occupe des usines de production, un autre s’occupe du marketing. C’est d’ailleurs eux qui inventent le fameux double G qui caractérise la marque. Un emblème qu’ils vont promouvoir. Evidemment, ils ouvrent des boutiques un peu partout pour que Gucci devienne un véritable empire.

Les choses se gâtent avec l’arrivée d’une troisième génération. Eux n’ont jamais connu le pater familis et ont toujours connu l’argent. Du coup, ceux qui restent vont un peu se tirer dans les pattes. Des coups-bas et des trahisons qui font que plus personne n’a confiance et que chacun veut tirer un max de profit. Le point d’orgue, c’est quand même fin 90 quand Maurizio Gucci meurt assassiné. Alors qu’il avait vendu la marque deux ans plus tôt. Comme quoi…

En fin de compte, ça fait 20 ans que la marque vit sans le soutien de la famille et se développe elle-même. Sans doute pour le mieux, car les querelles intestines sont du genre à tuer une marque. Déjà que ce fut presque le cas dans les années 80… Heureusement qu’à l’époque les réseaux sociaux étaient inexistants.

Toutes les grandes villes du monde compte une boutique Gucci !

Les égéries Gucci

Depuis la fin de la seconde Guerre mondiale, les égéries font partie de l’ADN de la marque. Comme je l’ai dit, la première vraie égérie (et malgré elle) de la marque, c’est Grace Kelly et son écharpe Flora. D’ailleurs, c’est elle qui l’avait commandée.

Et au niveau marketing, ses fils ont continué à creuser le filon. Quand ils se sont développés aux Etats-Unis, ils ont sans cesse sollicités des stars pour promouvoir leurs produits. C’est comme ça qu’on a vu apparaître un sac Jackie en l’honneur de Jackie Kennedy. Oui, moi aussi je me dis que les Gucci ont quand même l’art de bien choisir !

Aujourd’hui, les stars sont tout aussi planétaires qu’il y a 50 ans. Genre, J. Lo qui pose avec ses enfants pour les vêtements Gucci Kids, ça a de quoi faire le tour de la planète people. Sinon, il y a aussi

  • Chris Evans,
  • James Franco
  • Drew Barrymore
  • Jared Leto
  • Ni Ni
  • Etc.

Que des stars de Hollywood. C’est d’ailleurs Drew Barrymore qui a été la première des égéries modernes de la marque en 2007.

Pour ne rien oublier de ses origines, Charlotte Casiraghi a elle aussi été une des figures de la marque italienne en portant ses vêtements. Charlotte Casiraghi, c’est la petite fille de Grace Kelly.