L’aromathérapie, des plantes pour prévenir et soigner

L’aromathérapie, des plantes pour prévenir et soigner

Les plantes élaborent des substances parfumées et volatiles appelées huiles essentielles. Avec pas mal d’années à mon actif dans le domaine des huiles essentielles, je vous explique comment ça marche.

Si les médecins d’autrefois ont su découvrir des propriétés médicinales à la plupart de ces végétaux, c’est la chimie moderne qui a permis d’en isoler les principes actifs dont la liste n’est limitée que par la connaissance.

En général, chaque végétal contient plusieurs dizaines de substances actives en santé humaine, Dans le cas des plantes odoriférantes, on peut extraire en plus les essences parfumées. De la phytothérapie (l’art de soigner avec des plantes) s’est ainsi détachée une branche : l’aromathérapie (l’art de soigner avec des essences de plantes).

flacon huiles essentielles

Contre les « bobos »

Les indications de l’aromathérapie couvrent l’essentiel de la pathologie « quotidienne » :

Tout comme en phytothérapie classique, les mélanges d’huiles essentielles offrent l’avantage de traiter plusieurs maux en un seul remède ; la combinaison de certaines permet même d’amplifier les effets de chacune, tout en limitant le risque d’intolérance.

Des huiles fragiles

Cependant, leur emploi pose quelques difficultés. Tout d’abord, la conservation : très volatiles et sensibles à la lumière qui les dégrade, il faut les conserver dans des flacons de verre colorés étanches.

Leur sensibilité aux sucs digestifs les expose à une dégradation en substances inactives. Et leur agressivité pour la muqueuse de l’estomac les rend souvent responsables de brûlures gastriques intenses.

Pour éviter ces effets indésirables chez l’homme, les pharmaciens préparent les mélanges d’huiles essentielles prescrits par les médecins, puis les font absorber par une poudre neutre mise en gélules gastro protégées. Il est d’ailleurs plus facile d’emporter une gélule au restaurant que son flacon de gouttes !

L’utilisation des formes liquides est donc essentiellement réservée aux préparations à usage local : gels, pommades, inhalations, bains aromatiques…

Cependant, le parfum étant très fort, il suffit d’ajouter une goutte d’huile essentielle à une tisane au goût désagréable pour la rendre sympathique. L’utilisation d’huiles essentielles en suppositoire est possible bien que limitée : certaines essences sont très difficiles à mixer avec les éléments neutres servant de base à la confection des suppositoires.

huiles essentielles

A cause de la forte concentration de principes actifs, le respect de la prescription médicale est très important pour éviter d’éventuels effets indésirables. En cas de traitement oral, cela peut aller de quelques troubles digestifs sans grande importance jusqu’à des troubles neurologiques et des convulsions.

Quant aux pommades ou lotions appliquées sur la peau, elles peuvent induire des réactions de photosensibilisation en cas d’exposition au soleil. Cela est également vrai pour tous les parfums – et ils sont légion renfermant des huiles essentielles, même en faible quantité. Le plus simple est de parfumer les cheveux ou les vêtements.

L’aromathérapie n’est ni ange ni démon ; mais elle peut soigner bien des maux pourvu qu’elle soit bien utilisée.

Pourquoi sont-elles si chères ?

« 100 kilos de camomille donnent 0,6 gramme d’essence ; 100 kg de romarin, 200 grammes. Ce qui en fait une médecine efficace mais assez coûteuse » 

Les huiles essentielles sont obtenues par distillation de la plante entière ou d’une partie seulement : feuille, fruit, tige… Mais tandis qu’un kilo de bourgeons de gin sylvestre en produit environ 200 grammes, le même poids de fleurs d’oranger amer n’en fournit pas plus d’un gramme ! Or on ne récolte guère plus de 20 à 30 kilos de fleurs par an sur un arbre. Cette inégalité dans la production des essences explique leur prix souvent très élevé, dépassant facilement 150€ le kilo pour certaines.

L’analyse chimique de l’extrait obtenu montre la présence de plusieurs composants dont certains se retrouvent dans de très nombreuses plantes c’est le cas du géraniol produit par les géraniums mais aussi la lavande, la coriandre, la citronnelle, ou bien du thymol du thym, des camphres…

Nora

Hello Girls and Boys, Bienvenue sur mon petit blog, un petit site sans prétention. Je me présente, je m'appelle Nora, j'ai 29 ans (oui oui la trentaine approche à grand pas mais je le vis bien ^^). Petite, j'ai longtemps tenu un petit carnet secret où je notais plein de choses, personnelles ou non. Ce blog se veut un peu comme le prolongement de ce petit carnet. J'y parlerai de mes passions, mes coups de gueules, mes envies, ... Ce sera parfois très enfantin, parfois très (trop ?) sérieux, ... Et s'il vous plait, n'hésitez pas à partager autour de vous et à commenter, c'est toujours agréable de se savoir un minimum lu :)

Laisser un commentaire